Nature humaine

Livre

Joncour, Serge (1961-....). Auteur

La 4e de couverture indique : "La France est noyée sous une tempête diluvienne qui lui donne des airs, en ce dernier jour de 1999, de fin du monde. Alexandre, reclus dans sa ferme du Lot où il a grandi avec ses trois sœurs, semble redouter davantage l’arrivée des gendarmes. Seul dans la nuit noire, il va revivre la fin d’un autre monde, les derniers jours de cette vie paysanne et en retrait qui lui paraissait immuable enfant. Entre l’homme et la nature, la relation n’a cessé de se tendre. À qui la faute ? Dans ce grand roman de « la nature humaine », Serge Joncour orchestre presque trente ans d’histoire nationale où se répondent jusqu’au vertige les progrès, les luttes, la vie politique et les catastrophes successives qui ont jalonné la fin du XXe siècle, percutant de plein fouet une famille française. En offrant à notre monde contemporain la radiographie complexe de son enfance, il nous instruit magnifiquement sur notre humanité en péril. À moins que la nature ne vienne reprendre certains de ses droits..."

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

L' Amour sans le faire / Serge Joncour | Joncour, Serge. Auteur

L' Amour sans le faire / Serge Joncour

Livre | Joncour, Serge. Auteur | 2012

Repose-toi sur moi / Serge Joncour | Joncour, Serge. Auteur

Repose-toi sur moi / Serge Joncour

Livre | Joncour, Serge. Auteur | 2016

Chien-Loup / Serge Joncour | Joncour, Serge. Auteur

Chien-Loup / Serge Joncour

Livre | Joncour, Serge. Auteur | 2018

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Un roman magnifique : quand l’amour de la terre est plus fort que tout 5/5

    Le décor est planté dans la vallée du Lot, une région rurale à la croisée de son histoire : en effet, l’histoire d’une famille d’agriculteurs à la fin du XXe siècle, à l’aube de cet an 2000, synonyme du grand progrès ou du grand désastre… Une histoire profondément humaine, de transmission, de respect des valeurs, de contemplation d’un paysage en plein bouleversement : le progrès est en marche… Il y a ceux qui l’attendent pour en profiter, il y a ceux qui le combattent, soit avec un bon sens paysan qui résonne très justement aujourd’hui, soit avec la fougue rebelle d’une jeunesse en lutte. Alexandre va donc reprendre la ferme de ses parents, ses sœurs iront toutes vivre et travailler à la ville. Lui voudrait apporter quelques modernités dans l’exploitation sans pour autant céder aux sirènes du toujours plus, mais c’est difficile. Dans cette France des années Giscard, Mitterrand, l’essor des supermarchés redessine les paysages comme ce mode de commerce modifie en profondeur le travail des agriculteurs : toujours plus de bêtes, pour plus de viande à vendre sous cellophane, quitte à les nourrir avec des farines avec leur résultat que l’on connait aujourd’hui… Alexandre est tiraillé. C’est aussi une histoire d’amour compliqué pour ce jeune homme au sein de sa campagne. Comme d’habitude, Serge Joncour écrit à dimension humaine, son amour de la terre, d’une nature respectée distille une tonalité de résistance à ces formes de progrès qui n’en sont pas vraiment, on le sait désormais, sans pour autant faire entendre une musique passéiste rétrograde, non simplement que peut-être, les êtres humains devraient ne pas céder aussi facilement aux mirages, rester contemplatifs, un peu, à l’écoute de leurs besoins profonds, d’une forme de sagesse ancestrale, une humilité face à la force de la nature qui, en ce mois de décembre 1999 se rappelle cruellement sous la forme d’une tempête dévastatrice : un message entendu ?...

    par Nathalie Le 04 décembre 2020 à 16:37